Faculté des lettres et sciences humaines

Mo-tiim et nasara-tiim : recours et représentations thérapeutiques des patients et soignants dans une situation de pluralisme médical : le cas de Ouahigouya, Burkina Faso

Ferroni, Sonia ; Geslin, Philippe (Dir.)

Mémoire de diplôme universitaire : Université de Neuchâtel, 2009.

Cette étude en anthropologie médicale a été menée dans le contexte de pluralisme médical de la zone de Ouahigouya, dans le nord du Burkina Faso. Les deux principales « médecines » qui s’y côtoient sont dites « traditionnelle » et « moderne », notions auxquelles sont préférées ici celles de thérapeutiques locales et de biomédecine. De nombreux acteurs y... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Cette étude en anthropologie médicale a été menée dans le contexte de pluralisme médical de la zone de Ouahigouya, dans le nord du Burkina Faso. Les deux principales « médecines » qui s’y côtoient sont dites « traditionnelle » et « moderne », notions auxquelles sont préférées ici celles de thérapeutiques locales et de biomédecine. De nombreux acteurs y interagissent: les malades et leurs proches, les soignants, les organismes privés et les institutions étatiques. C’est la manière dont ces divers acteurs mobilisent et se représentent les thérapeutiques locales et la biomédecine qui fait l’objet de ce mémoire. Dans les premiers chapitres, principalement théoriques, je présente le contexte et les motivations qui sous-tendent cette recherche et formule la problématique, avant de proposer une réflexion sur les concepts employés. Une attention particulière est accordée aux thérapeutiques locales. Viennent ensuite certaines considérations méthodologiques, suivies d’un bref historique du système de soins au Burkina Faso et de l’évolution des politiques élaborées par le Ministère de la Santé burkinabé. Finalement, je décris brièvement les différentes ressources actuellement disponibles dans l’aire sanitaire de Ouahigouya. Les chapitres suivants traitent des pratiques et représentations. Dans un premier temps sont abordées celles des utilisateurs du « système de santé pluriel ». L’étude des itinéraires thérapeutiques permet de dégager différentes stratégies adoptées dans leur quête de guérison (recours divers, processus de décision). Dans un deuxième temps, la parole est donnée aux soignants locaux et biomédicaux. Je considère leurs représentations mutuelles, ainsi que leur appréciation des démarches étatiques en vue d’une collaboration officielle. L’exemple de l’instauration d’un système de référence réciproque permet d’illustrer les enjeux et les différentes prises de position des thérapeutes locaux et du personnel biomédical. Enfin, je reprends en conclusion les points centraux de la recherche et propose certaines pistes de réflexion concernant les points forts et les faiblesses des mesures de reconnaissance et de collaboration.