Renouveler l'espace bibliothèque pour mieux servir l'utilisateur : comparaison entre la Suisse et l'étranger

Grasset, Stéphanie ; Gorin, Michel (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école de gestion de Genève, 2009 ; TDB 2094.

Ce travail de Bachelor doit permettre de déterminer si les bibliothèques de lecture publique suisses ont des services moins novateurs que ceux proposés par les bibliothèques étrangères et, si c’est le cas, d’en déterminer les raisons. Le principal objectif est de fournir aux bibliothécaires suisses des recommandations pour la mise en place de services novateurs. Les bibliothèques... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Ce travail de Bachelor doit permettre de déterminer si les bibliothèques de lecture publique suisses ont des services moins novateurs que ceux proposés par les bibliothèques étrangères et, si c’est le cas, d’en déterminer les raisons. Le principal objectif est de fournir aux bibliothécaires suisses des recommandations pour la mise en place de services novateurs. Les bibliothèques publiques suisses ont une mauvaise réputation auprès du grand public qui les considère comme vieillottes et figées dans le temps. Il envie les autres pays qui ont, eux, des bibliothèques qui offrent des services intéressants à la population. Face à cet état de fait, il est intéressant de faire une revue de l’art mondiale et interroger des bibliothécaires suisses afin de vérifier l’état réel de la situation suisse et de la comparer avec la situation à l’étranger. Globalement, le monde bibliothéconomique évolue. La bibliothèque publique se transforme au même rythme que la société qui l’entoure, elle intègre de nouvelles technologies qui s’ajoutent au fonds existant ; elle n’a plus de frontière, elle devient virtuelle. Son architecture externe et interne se modifie. Intérieurement, la bibliothèque change pour s’adapter aux besoins des usagers, elle devient plus conviviale. Le bibliothécaire lui-même évolue pour satisfaire les lecteurs ; il devient proactif. La revue de l’art mondiale permet de constater que se sont toujours les mêmes pays qui font avancer le monde bibliothéconomique en apportant de nouvelles idées : les pays anglophones, les pays nordiques, la France et le Canada. Ces pays mettent en place des services intéressants comme des distributeurs de livres dans la rue ou des cours d’auto-formation. En Suisse, on peut constater que les bibliothèques ne sont pas aussi en retard qu’on pourrait le penser. Elles progressent, mais plus timidement qu’à l’étranger. Les bibliothécaires n’osent pas se mettre en avant et dire ce qu’ils font, ce qui fait croire au public qu’ils ne font rien. De plus, il existe certaines barrières qu’ils doivent abattre pour pouvoir continuer à aller de l’avant. Les bibliothécaires suisses doivent donc devenir dynamiques : ils doivent se vendre et apprendre à diffuser une information sur leurs services à l’intérieur de la Suisse, mais aussi à l’étranger. Ils ne doivent pas avoir peur de mettre en place un nouveau service, en s’inspirant de ce qui a été fait ailleurs ou en innovant.