Travail social

Les controverses du bien mourir

Clapasson, Dominique ; Pott, Murielle (Dir.)

Mémoire de diplôme HES : Haute Ecole de Travail Social, 2009.

Actuellement, la question des situations de fin de vie se pose en problème social. La dénonciation du tabou de la mort et de l’acharnement thérapeutique suscite des interrogations éthiques relatives à la souffrance des malades. Dès lors, le bien mourir devient une préoccupation qui touche chacun d’entre-nous. En Suisse, l’aspiration à une mort pacifiée se meut en deux modèles... Mehr

Zum persönliche Liste hinzufügen
    Résumé
    Actuellement, la question des situations de fin de vie se pose en problème social. La dénonciation du tabou de la mort et de l’acharnement thérapeutique suscite des interrogations éthiques relatives à la souffrance des malades. Dès lors, le bien mourir devient une préoccupation qui touche chacun d’entre-nous. En Suisse, l’aspiration à une mort pacifiée se meut en deux modèles distincts de la gestion des situations de fin de vie : les soins palliatifs et l’assistance au suicide. En opposition, ces deux instances du bien mourir confrontent leur pratique dans un débat de société. Paradoxalement, il apparaît que dans certains milieux institutionnels cette question reste le plus souvent éludée. Pourtant, dans ces contextes et peut-être plus qu’ailleurs, il s’avère nécessaire de débattre sur la gestion du mourir car les populations les plus fragilisées meurent le plus souvent dans leur milieu d’adoption. A cet effet la Commission Nationale d’Ethique, dans sa prise de position de 2005 sur l’assistance au suicide, propose aux institutions de longs séjours d’entamer une démarche réflexive sur la possibilité ou la nécessité d’offrir plusieurs modalités de fin de vie à leurs résidents. Un premier écrit littéraire démontre que malgré des savoir-faire divergents, les deux approches de la fin de vie prônent des valeurs identiques. Ce constat laisse supposer que malgré leurs dissensions, il est possible d’envisager que ces deux instances puissent collaborer. Afin d’initier et d’enrichir les discussions à venir dans les institutions où nous1 travaillons et de se préparer au débat éthique sur la gestion des situations de fin de vie, notre recherche sur les controverses du bien mourir propose une immersion aux frontières de la mort, à ce moment où les conditions du mourir semblent pouvoir se gérer et se négocier. L’analyse de deux débats télévisuels diffusés en 2005 permet d’identifier et de questionner les arguments des acteurs clefs des soins palliatifs et de l’assistance au suicide. Cette discussion alimentée par de nombreux apports théoriques ouvre la voix des paradoxes et des enjeux présents dans cette controverse. Loin d’apporter des réponses exhaustives aux nombreuses questions que nous soulevons dans ce travail, les résultats d’analyse sèment le doute et bouleversent nos certitudes.