Faculté des lettres et sciences humaines

Celle qui n'existe pas : soufisme et autorité féminine à Istanbul

Neubauer, Anna ; Hertz, Ellen (Dir.)

Thèse de doctorat : Université de Neuchâtel, 2009 ; Th. 2113.

Ajouter à la liste personnelle
    Summary
    Cette étude cherche à saisir la vie d’un groupe de femmes et d’hommes, issues des classes aisées d'Istanbul, ayant choisi de se soumettre à la guide soufie Cemalnur Sargut. Celle-ci se rattache à une branche de la Rifā'iyya fondée au début du XXème siècle à Istanbul, par Kenan Rifai Büyükaksoy (1867-1950). Le cas de Cemalnur Sargut sert d'exemple pour comprendre par quels mécanismes des femmes peuvent prétendre à des positions d'autorité dans le soufisme contemporain et justifier leur présence dans des chaînes de transmission (silsile) - où figurent principalement, sinon exclusivement, des hommes. Je m'intéresse aussi aux motivations de ces femmes et ces hommes de s’engager dans une voie soufie et en particulier de devenir les disciples de cette maître. La relation maître-disciple est centrale dans le soufisme tel qu'il est enseigné par Cemalnur Sargut. Une attention particulière a été portée à la manière dont le genre influence cette relation. En effet, ce groupe représente l’un des rares où une femme maître a des hommes pour disciples. Je m’arrête aussi sur l’idée de soumission des disciples à leur maître en regardant la manière dont elle est vécue dans les interactions quotidiennes. Enfin, les effets du récent succès de la guide auprès du grand public turc et international sur son autorité et son "métier" de maître sont analysés.