Faculté des lettres et sciences humaines

L'agglomération Monthey-Aigle vue par ses acteurs politiques communaux et régionaux

Défago, Aurélie ; Salomon Cavin, Joëlle (Dir.)

Mémoire de diplôme universitaire : Université de Neuchâtel, 2008.

En 1990, l’Office fédéral de la statistique a défini l’agglomération Monthey-Aigle sur la base de différents critères, tels que la continuité du bâti, la faible part de l’emploi du premier secteur et la pendularité vers les zones centrales. Aujourd’hui, cette entité géographique fait l’objet d’un projet d’agglomération, un instrument de planification et de gestion... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    En 1990, l’Office fédéral de la statistique a défini l’agglomération Monthey-Aigle sur la base de différents critères, tels que la continuité du bâti, la faible part de l’emploi du premier secteur et la pendularité vers les zones centrales. Aujourd’hui, cette entité géographique fait l’objet d’un projet d’agglomération, un instrument de planification et de gestion intercommunal et intercantonal développé dans le cadre de la politique des agglomérations de la Confédération. Ce mémoire cherche ainsi à dégager la représentation de cet espace pour les acteurs politiques engagés dans l’élaboration du projet d’agglomération. En effet, une vision minimale commune de la nature et des objectifs de l’agglomération doit être partagée pour légitimer cette nouvelle échelle institutionnelle. L’agglomération, bien qu’existante, si on se réfère à la définition de l’OFS, n’a jamais fonctionné en tant que telle. C’est un espace à créer. Ainsi, aussi bien ses caractéristiques physiques que les discours des décideurs politiques entrent en jeu dans son processus de production. Cette étude traite de ces deux aspects. Tout d’abord, l’analyse de l’évolution de l’urbanisation, à l’intérieur du périmètre de l’agglomération, met en évidence les tendances aménagistes qui structurent aujourd’hui ce territoire. Par ailleurs, la présentation des critères qui ont permis à l’OFS de le définir renseigne sur les particularités d’une agglomération qui ne correspondent pas forcément aux représentations des acteurs locaux. Dans la deuxième partie de ce mémoire, l’étude du discours des présidents-syndics et des responsables régionaux ressort les différentes représentations de l’agglomération et de ses objectifs. Deux grandes visions contrastées sont mises en évidence : celle d’une zone urbaine avec des besoins qui lui sont propres et celle d’un espace dans lequel s’organise la vie quotidienne des habitants et qui offre l’essentiel des services et des équipements nécessaires à la population.