Méthode d'évaluation pour micro-entreprises : cas particulier des garages motos

Demartines, Nicolas ; Madoeuf, Stéphane (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école de gestion de Genève, 2008 ; TDEE 63.

Le thème retenu pour ce travail de diplôme est l’évaluation d’entreprise avec comme cas particulier les garages motos. Après avoir décrit les grands modèles d’évaluation dans la partie théorique, la partie pratique va présenter les résultats d’une sélection de théories appliquées au monde des garages moto. Un petit guide d’auto-évaluation constitué d’une explication sur... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Le thème retenu pour ce travail de diplôme est l’évaluation d’entreprise avec comme cas particulier les garages motos. Après avoir décrit les grands modèles d’évaluation dans la partie théorique, la partie pratique va présenter les résultats d’une sélection de théories appliquées au monde des garages moto. Un petit guide d’auto-évaluation constitué d’une explication sur le retraitement des chiffres clés ainsi qu’un fichier excel regroupant des théories d’évaluation ont permis à chaque patron de dégager de manière autonome une fourchette de valeurs pour leur entreprise. Les résultats transmis ont permis d’observer deux grandes tendances : Tout d’abord, l’ensemble des méthodes d’évaluation sélectionnées peuvent faire apparaître des valeurs disparates pour la même entreprise. Cette constatation est le résultat de méthodologies basées sur des chiffre clés distincts qui reflète chacun une partie différente de l’entreprise. Puis, une discussion ouverte avec chaque utilisateur du guide a permis de relever que les valeurs obtenues étaient suivant les cas supérieurs à la valeur de transmission d’une entreprise comparable sur le marché genevois. Plus précisément, l’écart de valeur entre la théorie et la pratique était plus net pour les entreprises de taille supérieure à la moyenne. En effet, la demande pour ce type d’entreprise est presque uniquement constituée de personnes issues de la mécanique et au vu des salaires proposés dans la profession, ces futurs entrepreneurs n’ont pas forcément les moyens de leur ambition. Il semblerait donc que plus la valeur du garage est petite, plus les niveaux d’échange se rapprochent de la valeur réelle. Partant de cette constatation, si le but de l’évaluation est une transmission, mieux vaut peut-être liquider certains actifs de l’entreprise avant la négociation dans le but de diminuer la valeur de l’entreprise et ainsi se rapprocher du prix maximum qu’un acheteur potentiel est prêt à investir.