La Value at Risk, un outil de gestion du risque discutable?

Trigo da Silva, Diego ; Moresino, Francesco (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école de gestion de Genève, 2008 ; TDEE 78.

La Value at Risk (VaR) est un outil de gestion de risque utilisé dans la majeure partie des institutions financières. Cet instrument basé sur des méthodes mathématiques et statistiques permet de calculer une perte potentielle d’une position ou d’un portefeuille. La problématique réside en premier lieu dans son utilisation et dans son interprétation qui nécessitent une vulgarisation.... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    La Value at Risk (VaR) est un outil de gestion de risque utilisé dans la majeure partie des institutions financières. Cet instrument basé sur des méthodes mathématiques et statistiques permet de calculer une perte potentielle d’une position ou d’un portefeuille. La problématique réside en premier lieu dans son utilisation et dans son interprétation qui nécessitent une vulgarisation. La seconde problématique se situe au niveau des limites qui l’animent. Dans ce travail, je vais tenter de présenter une réponse à chacun de ces problèmes. De manière synthétique, la VaR se base sur plusieurs méthodes de calculs afin de déterminer une perte potentielle sur un horizon temps donné. Voici un exemple qu’on peut retrouver dans la gestion du risque quotidienne d’un portefeuille : VaR à 95% sur 10 jours = 400'000 CHF. Concrètement, le portefeuille a 95 % de chance de ne pas perdre plus que 400'000 CHF sur 10 jours. Tout au long de mes recherches et lors de la réalisation de mon travail j’ai collaboré avec l’entreprise Galeo SA qui m’a mandaté pour créer un rapport vulgarisant et simplifiant cet indicateur de risque. L’objectif était de fournir à la clientèle de Galeo SA une expertise professionnelle qui permet à tout le monde de comprendre et d’appréhender la Value at Risk. Afin de concrétiser ce mandat, une double approche pratique et théorique était nécessaire afin de démystifier cette VaR. J’ai choisi une méthodologie qui se base sur la théorie issue des ouvrages de références (cours, livres, articles) en matière de gestion du risque. De plus, la création d’un programme de calcul de Value at Risk en code VBA m’a permis de maîtriser également les aspects pratiques. Une fois, la VaR disséquée sous toutes ses coutures, j’ai commencé à rédiger le rapport du mandat. Ce travail de diplôme se base en majeure partie sur ce dernier. Cependant, les recherches liées aux limites de la VaR ainsi qu’à son avenir son davantage développées dans se document. Les récentes crises financières nous amènent à nous poser des questions quant à la légitimité de la gestion du risque dans les institutions financières. Comment prévoir des événements défavorables ? Finalement, c’est la limite principale de la VaR. Cet indicateur de risque ne peut pas prévoir un événement extrême comme une crise boursière. Les résultats de la VaR perdent en pertinence et en robustesse lors de crise. Cela soulève plusieurs questions comme ; « qu’elle crédit peut-on accordé aux outils de gestion de risque et est-ce que la VaR va continuer à être utilisée malgré tout ? » Je pense qu’il est difficile de répondre à ces questions avec précision mais nous pouvons émettre certaines hypothèses. Dans un premier temps, il existe d’ores et déjà certains outils de type « stress test » qui permettent de prendre en compte des événements extrêmes. C’est une des solutions que les institutions financières mettent en places. Dans un horizon temps de court ou de moyen terme, je pense que la méthode de calcul de la VaR va venir à être modifiée. La constante évolution technologique va permettre de développer de nouvelles méthodes et modèles plus efficaces.