Comment accompagner les ONG sur le chemin de la professionnalisation ? : étude de cas et recommandations

Tschopp, Christina ; Maeder, Eric (Dir.)

Mémoire de bachelor : Haute école de gestion de Genève, 2008 ; TDEE 79.

Les Organisations Non Gouvernementales (ONG) sont des institutions d'intérêt public, sans but lucratif qui sont principalement financées par des dons privés. Elles agissent dans une multitude de domaines, notamment celui de l'aide humanitaire. Leurs rôles sont à la fois de délivrer un service aux populations vulnérables, de réaliser des plaidoyers afin de conduire un changement durable... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Les Organisations Non Gouvernementales (ONG) sont des institutions d'intérêt public, sans but lucratif qui sont principalement financées par des dons privés. Elles agissent dans une multitude de domaines, notamment celui de l'aide humanitaire. Leurs rôles sont à la fois de délivrer un service aux populations vulnérables, de réaliser des plaidoyers afin de conduire un changement durable et de collaborer avec les autres acteurs du développement. La croissance exponentielle de ces organisations, la maturité du marché du don et la sur-médiatisation des scandales associatifs sont autant de tendances qui engendrent des défis importants pour ces acteurs du développement. Les répercussions sont ainsi une plus forte concurrence sur le marché du don et une remise en question de leur mode de fonctionnement. On parle alors de la professionnalisation des acteurs du développement. Cette notion sous-entend l'utilisation de principes de management qu'il n'est pas toujours évident d'intégrer dans un domaine qui suppose des caractéristiques organisationnelles particulières. L'objet de ce travail de diplôme est d'abord de constater ces particularités puis d'identifier les réels obstacles et besoins des ONG provenant de pays en voie de développement. Il s'agit donc de comprendre comment les accompagner sur le chemin de la professionnalisation et ainsi de partager nos connaissances et compétences avec les ONG du Sud. Ce travail de mémoire a aussi pour objectif de définir le rôle que tiennent les ONG du Nord face à ces dernières. Pour répondre à cette problématique, nous sommes partis à la rencontre d'une association sénégalaise. Ce stage de trois semaines a été organisé selon une démarche en plusieurs phases. La phase d'observation a consisté à visiter les projets en cours, échanger nos connaissances avec les employés et à récolter les informations nécessaires pour réaliser le diagnostic organisationnel de l'institution. La deuxième étape a consisté à analyser l'environnement de l'ONG, les attentes de ses bailleurs, le fonctionnement interne et les principaux risques liés à sa situation. Afin de réaliser l'analyse interne de l'organisation, nous avons développé une grille d'analyse pour ONG, basée sur la théorie des 7s de McKinsey. Cette grille a aussi été utilisée pour réaliser un sondage auprès des collaborateurs de l'association. Le résultat de cette étude a fait apparaître que l'établissement observé éprouve de réelles difficultés à manager l'organisation dans son ensemble. Sa structure organisée par projets crée un cloisonnement qui pose divers problèmes au niveau de la communication interne (partage de l'information), de la comptabilité (allocation des dépenses) et des conditions de travail (inégalité de traitement). Aussi, le style de management trop autoritaire engendre une dépendance des collaborateurs et freine leurs prises d'initiatives. Enfin, la rareté des ressources et la faible part du budget allouée aux frais administratifs causent des conditions de travail difficiles et empêchent l'établissement de se doter d'outils améliorant son efficacité. Mais malgré ses contraintes, l'association détient une culture d'entreprise très forte qui réunit tous les acteurs autour d'une mission commune. Elle est la principale motivation de ces membres. Par ailleurs, elle possède un savoir-faire important de par le fort contact qu'elle entretient avec les populations locales. C'est ce savoir-faire qui légitimise ses actions auprès des bailleurs institutionnels. Ces constatations nous ont permis d'émettre un certain nombre de recommandations qui établissent la nécessité de se doter d'une stratégie orientée sur les compétences clés de l'association. Enfin, la relation avec les bailleurs doit être gérée afin de garantir une certaine autonomie pour conserver une liberté de décision. Finalement, nous pensons que pour relever le défi de la professionnalisation, les ONG doivent d'abord comprendre que l'objectif de cet enjeu n'est pas de bureaucratiser leur structure mais bien d'augmenter l'impact à long terme sur les populations. Face aux constatations de l'étude de cas, il nous paraît important de soulever que le rôle des ONG du Nord doit changer. Effectivement, nous pensons qu'elles doivent se comporter comme un partenaire en apportant un soutien autre que financier et accepter de financier une part plus importante de frais administratifs qui permettra aux acteurs du développement d'avoir des moyens d'atteindre les exigences émises par le Nord. Finalement, malgré la réelle nécessité de professionnaliser les actions des ONG, il ne faudrait pas oublier d'où viennent ses institutions. Il est donc nécessaire d'adapter les outils à la culture de base de l'organisation.