Faculté de l'environnement naturel, architectural et construit ENAC, Section de génie civil, Hors programme de l'école doctorale, Institut du développement territorial INTER (Laboratoire d'intermodalité des transports et de planification LITEP)

Gestion stratégique de la maintenance et de la capacité d'un réseau ferré

Putallaz, Yves ; Rivier, Robert Etienne (Dir.) ; Tzieropoulos, Panagiotis (Dir.)

Thèse sciences Ecole polytechnique fédérale de Lausanne EPFL : 2007 ; no 3852.

Ajouter à la liste personnelle
    Summary
    The railway reforms introduced since the nineties tend to spread responsibilities among different actors involved in the management of the railway system. On the other side, the governmental organisations are forced to boost the productivity of their railway infrastructure resulting in pressure on the public funding and an increase in the availability demand of the infrastructure (network saturation). Due to this pressure, two problems occur. The first is the sustainable management of the infrastructure through application of a long term maintenance policy. The other difficulty involves the maintenance organisation, especially the organisation of the possession times, in the context of an increasing saturation of the network. In these two cases, the problem lies in the coordinated management of the development of the railway infrastructure, including maintenance and capacity issues. In this context, this thesis proposes four considerations distinguishing the important relationship between several elements of maintenance planning and the technical-economical constraints connected to the infrastructure capacity. The first consideration deals with structuring the problems of the infrastructure maintenance and its planning process. The second regards the evaluation of the risk of infrastructure not being available, including the financial risks involved with this non availability. The third is on the relationship between maintenance works and capacity issues. The fourth and final consideration focuses on the long-term maintenance needs and the economical implications on capacity especially with regard to the network saturation and the choice of the best strategy. The considerations lead to the creation of three models proposing some possible development strategies which might by time support the infrastructure manager with his tasks.
    Résumé
    Les réformes des chemins de fer en cours depuis les années nonante tendent à responsabiliser les acteurs impliqués dans la gestion du système ferroviaire. D'autre part, les collectivités publiques exigent un accroissement de la productivité de l'infrastructure ferroviaire qui se traduit en général par une pression sur les moyens financiers octroyés ainsi que par des exigences accrues en matière de disponibilité de l'infrastructure (saturation du réseau). De ces pressions émergent deux difficultés. La première réside dans la gestion durable de l'infrastructure par le biais d'une stratégie de maintenance de l'infrastructure axée sur le long terme. La deuxième difficulté touche à l'organisation de la maintenance, notamment l'organisation des plages travaux, dans un contexte de saturation croissante du réseau. Dans les deux cas, il s'agit d'une problématique de gestion coordonnée du développement de l'infrastructure ferroviaire, maintenance comprise, et de sa capacité. Dans ce contexte, la thèse propose quatre axes de réflexions qui visent à mettre en évidence les liens importants entre les éléments de planification de la maintenance et les contraintes technico-économiques liées à la capacité de l'infrastructure. Le premier axe de recherche porte sur la structuration de la problématique de la maintenance de l'infrastructure et de ses processus de planification. Le second axe touche les méthodes d'évaluation des probabilités d'indisponibilité de l'infrastructure ainsi que la monétarisation des conséquences de cette indisponibilité sur le trafic. Le troisième point traite de la cohabitation entre les travaux de voie et la capacité. Enfin, le quatrième et dernier axe de réflexion se rapporte à la modélisation des besoins de maintenance à long terme et aux implications économiques de la capacité, et notamment de la saturation, sur le choix des meilleures stratégies. Ces réflexions débouchent sur la création de trois modèles qui proposent quelques pistes de développement qui pourraient à terme constituer un support utile aux gestionnaires de l'infrastructure.