Faculté de l'environnement naturel, architectural et construit ENAC, Section d'architecture, Institut du développement territorial INTER (Laboratoire de sociologie urbaine LASUR)

Land use changes and transnational migration : the impact of remittances in Western Mexico

Hostettler, Silvia ; Bolay, Jean-Claude (Dir.)

Thèse sciences Ecole polytechnique fédérale de Lausanne EPFL : 2007 ; no 3730.

Ajouter à la liste personnelle
    Summary
    The present study focuses on the economic, political/institutional, technological, cultural, demographic and environmental drivers of land use change. It aims to understand the factors influencing land use decisions at the household level, in particular the influence of migration. The study is guided by the hypothesis that international migration is driving land use change through the investment of remittances, funds sent back by migrants to their families in the country of origin. This research is based on a political ecology approach and the conceptual framework relies on three theoretical concepts. First, the concepts of proximate causes and driving forces were used to identify the factors behind changing land use. In addition, the concept of remittance landscapes, a concept developed in the framework of this study, which is defined as an emerging type of landscape driven by the investment of remittances, was used to evaluate the impact of remittances on land use in the study area. Fieldwork was conducted in the municipality of Autlán in the state of Jalisco in Mexico over a total period of 8 months between 2002 and 2004. Land use changes between 1990 and 2000 were quantified based on satellite image analysis. Underlying driving forces of these changes were examined based on land use change data collected by survey as well as data available from municipal, state and federal agencies. Land use changes observed in the study area between 1990 and 2000 include a slight increase of agricultural land (2%), of urban land cover (0.5%) and of pine-oak forest (0.7%). Over the same period, pasture increased by 18% while dry forest decreased by 10%. Rapid and extensive land use change is occurring on rainfed agricultural land, as maize cultivation is converted to the cultivation of agave azul used for the production of tequila. The first plantations of agave azul were established in 1996 and by 2002, agave azul was planted on 33% of all rainfed agricultural land of the municipality. 84% of owners of rainfed land included in the survey had changed land use from maize to agave during this time period. The dynamics of several proximate causes are driving this change: 1) Market prices for maize decreased by 46% between 1994 and 2004 while the costs for agricultural inputs continually increased so that the cultivation of rainfed maize was no longer economically profitable; 2) The variability of rainfall combined with a lack of irrigation water limits the choice of economically viable alternatives to agave azul; 3) In the large majority of cases, landowners rent out their land to tequila companies in reverse leasing arrangements for seven-year periods (the duration of one growing cycle of agave azul). During this time they do not have to work on their own fields and are free to find off-farm employment or to migrate to the US and; 4) Landowners continue to receive agricultural subsidies even though the land is rented out, as agave azul is one of the eligible crops. Overall, the main driving forces identified in the study area are economic (market prices), environmental (variability of rainfall, soil quality, topography), political/institutional (agricultural subsidies, land tenure) and demographic (labor availability). Technology and culture appear to be less important. Results of the present study confirm the hypothesis that global factors, especially international trade agreements such as NAFTA (North American Free Trade Agreement) increasingly influence land use change. However, they are not sufficient to function as a sole driver of land use change. Environmental factors are a critical determinant of whether a certain land use change will occur or not. The decisive aspect behind the observed land use changes are the multiple interactions between specific factors at different levels and not the predominance of one particular driving force functioning at a particular level. International migration is a significant livelihood strategy in the study area, especially for lower-income communities. On average, 50% of all households have or had at least one family member in the US as a migrant between 1980 and 2004, and remittances represent 45% of total household income. In general, the bulk of remittances income is used for subsistence needs and to repay debts. Nevertheless, on average, 30% of migrant households invest remittances in land, livestock, agricultural production and in house construction. All these investments lead to land use changes. The impact of remittances on land use changes is variable, and depends on the socio-economic, political and environmental context of the community and the individual situation of the migrant household. In low-income communities, remittances might be used to repair existing housing, while in higher-income communities, remittances are used to construct a new house, converting agricultural to urban land. With regard to changes in labor availability due to out-migration, the results are ambiguous. Migration can drive land use change by encouraging a shift to low-labor land use systems, but these land use changes that require less labor can also drive migration. The concept of remittance landscape developed by the researcher has proved useful for analysing the impact of remittances on land use changes. A combination of area-based and actor-based evaluation criteria are effective in order to describe quantitative as well as qualitative landscape transformations driven by the investment of remittances. Landscapes where the investment of remittances leads to a change of land use from subsistence to cash crop cultivation should be included as a potential type of remittance landscape, even though the basic type of the landscape (agricultural) remains unchanged. Accordingly, at least six different types of transformations into remittance landscapes are possible: a) forest to pasture, b) forest to agriculture, c) forest to urban, d) agriculture to pasture, e) agriculture to urban and f) change of agricultural system. In conclusion, the study area on which this research focused is not considered to contain any remittance landscapes because remittances are only partially driving the extensive land use changes occuring in the region.
    Résumé
    Cette étude se concentre sur les facteurs économiques, politiques/institutionnels, technologiques, culturels, démographiques et environnementaux qui génèrent un changement d'utilisation du sol. Elle a pour objectif de comprendre les facteurs qui influencent l'utilisation du sol au niveau du ménage, et plus particulièrement celui de la migration. L'étude est guidée par l'hypothèse que la migration internationale est une force motrice du changement d'utilisation du sol par l'apport de fonds étrangers envoyés par les migrants à leurs familles restées dans leur pays d'origine (remittances). Cette recherche est basée sur une approche d'écologie politique et son cadre conceptuel repose sur trois concepts théoriques. Les concepts de causes immédiates et forces motrices sont utilisés pour identifier les facteurs sous-jacents du changement d'utilisation du sol. De plus, le concept de "remittance landscape" – défini comme "un nouveau type de paysage dû à l'impact de l'investissement de fonds étrangers envoyés par les migrants" a été développé dans le cadre de cette étude et utilisé pour évaluer l'impact de ces fonds sur l'utilisation du sol dans la région de l'étude. Entre 2002 et 2004, huit mois de travail sur le terrain ont été conduits dans la municipalité d'Autlán dans l'état de Jalisco en Mexique. Les changements d'utilisation du sol entre 1990 et 2000 ont été quantifiés à l'aide de l'analyse d'images satellites. Les forces motrices des changements ont été examinées sur la base de données récoltées sur le terrain, ainsi que de données publiées par les offices municipaux, étatiques et fédéraux. Les changements d'utilisation du sol observés dans la région d'étude entre 1990 et 2000 indiquent une légère augmentation des terres agricoles (2%) et des surfaces urbaines (0.5%) et des forêts de pins-chênes. Pendant la même période, les pâturages ont augmenté de 18% alors que la forêt tropicale sèche diminuait de 10%. Un changement rapide et extensif est en train de se produire sur les terres agricoles non irriguées, car la culture de maïs est convertie en culture d'agave azul, utilisé pour la production de tequila. Les premières plantations d'agave azul datent de 1996 et en 2002, l'agave azul est planté sur 33% de toutes les terres agricoles non-irriguées de la municipalité. 84% des propriétaires des terres non irriguées inclus dans l'enquête ont changé d'utilisation du sol et sont passés de la culture du maïs à celle de l'agave sur cette période. Les dynamiques entre les causes immédiates suivantes génèrent ce changement: 1) Le prix du maïs a diminué de 46% entre 1994 et 2004 alors que les coûts des facteurs de production agricole ont augmenté continuellement de telle sorte que la culture du maïs sur les terres non-irriguées n'est plus rentable; 2) L'irrégularité des précipitations et l'absence d'irrigation posent de réelles limites quant aux alternatives économiquement viables à la culture de l'agave azul; 3) En large majorité, les propriétaires fonciers louent leurs terres aux entreprises de tequila pour des périodes de sept ans qui correspondent à un cycle de maturation de l'agave. Pendant ce temps, ils ne travaillent pas leurs propres terres et sont libres de trouver du travail à l'extérieur de leur ferme ou de migrer aux Etats-Unis et; 4) Comme l'agave azul est une culture éligible pour les subventions agricoles, les propriétaires fonciers continuent de recevoir les subventions malgré le fait que leurs terres soient louées. En général, les forces motrices majeures identifiées dans la région d'étude sont économiques (prix du marché), environnementales (l'irrégularité des précipitations, la qualité du sol, la topographie), politiques/institutionnelles (subventions agricoles, régime foncier) et démographique (force de travail disponible). Les facteurs technologiques et culturels paraissent moins importants. Les résultats de cette étude confirment l'hypothèse que l'influence des facteurs globaux augmente dans les changements d'utilisation du sol, et plus particulièrement celle des accords de commerce internationaux comme le NAFTA (Accord de libre échange nord-américain). Pourtant, les facteurs globaux ou économiques ne sont pas suffisants pour agir comme seules forces motrices du changement. L'aspect décisif de cette étude sur les changements d'utilisation du sol est de montrer que les interactions sont multiples entres des facteurs spécifiques, localisés à plusieurs niveaux et qu'il n'y a pas de prédominance d'une seule force motrice agissant à un niveau particulier. La migration internationale est une importante stratégie de vie dans la région d'étude, en particulier dans les communautés à bas revenus. En moyenne, 50% des ménages ont ou ont eu au moins un membre de leur famille émigré aux Etats-Unis entre 1980 et 2004, et les envois de fonds représentent 45% du revenu total du ménage. En général, la majorité des envois de fonds est utilisée à des fins de subsistances et de remboursement de dettes. Néanmoins, en moyenne, 30% des familles des migrants investissent les apports financiers de l'étranger pour acheter des terres, du bétail, des investissements agricoles et pour la construction d'une maison. Tous ces investissements entraînent un changement d'utilisation du sol. L'impact des envois de fonds sur l'utilisation du sol est variable et dépend largement du contexte socio-économique, politique et environnemental de la communauté ainsi que de la situation individuelle du ménage. Dans les communautés à bas revenu, les fonds envoyés sont utilisés, par exemple, pour réparer une maison existante alors que dans les communautés à haut revenu, les envois sont utilisés pour construire une nouvelle maison, ce qui implique une conversion de la terre agricole en terre urbaine. Par rapport aux changements dans la disponibilité de la force de travail dûs à l'émigration, les résultats sont ambigus; l'émigration peut inciter au changement d'utilisation du sol en encourageant un changement vers un système nécessitant peu de travail, mais ces mêmes systèmes qui ont besoin de peu de travail peuvent aussi inciter à l'émigration. Le concept de "remittance landscape" développé par la chercheuse a démontré son utilité pour analyser les impacts des fonds envoyés par les migrants sur le changement d'utilisation du sol. Les transformations de paysage vers un "remittance landscape" sont efficacement décrites par une combinaison de critères d'évaluation basée sur la surface affectée par le changement et la proportion d'une population prenant part à une pratique agricole qui transforme le paysage. Les paysages dans lesquels l'apport de fonds provenant de l'étranger provoque un basculement d'une agriculture de subsistance vers une agriculture commerciale doivent être inclus en tant que type potentiel de "remittance landscape" malgré le fait que le type fondamental du paysage (agricole) reste inchangé. Ceci nous amène donc à au moins six types de transformations en "remittance landscape": a) forêt à pâturage, b) forêt à agriculture, c) forêt à urbain, d) agriculture à pâturage, e) agriculture à urbain et f) changement du système agricole. En ce qui concerne la région d'étude nous pouvons conclure qu'elle ne peut pas être considérée comme un "remittance landscape" car les fonds envoyés par les migrants ne génèrent que partiellement les changements d'utilisation du sol extensifs observés dans la région.