Faculté des lettres et sciences humaines

Le marché urbain : intervention de développement et modes d'appropriation par les acteurs locaux : le cas du Grand Marché et du Marché aux légumes à Ouahigouya (Burkina Faso)

Leu Pierrick ; Söderström, Ola (Dir.)

Mémoire de diplôme universitaire : Université de Neuchâtel, 2008.

Les marchés urbains africains constituent un domaine d’intervention privilégié de la puissance publique et des acteurs du développement. Au Burkina Faso, plusieurs marchés sont construits dans le cadre de l’appui suisse au Programme de Développement des Villes Moyennes (PDVM), l’enjeu étant de permettre aux communes de produire des recettes municipales par la taxation des... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Les marchés urbains africains constituent un domaine d’intervention privilégié de la puissance publique et des acteurs du développement. Au Burkina Faso, plusieurs marchés sont construits dans le cadre de l’appui suisse au Programme de Développement des Villes Moyennes (PDVM), l’enjeu étant de permettre aux communes de produire des recettes municipales par la taxation des commerçants. Ce mémoire se penche sur le cas du Grand Marché et du Marché aux légumes de la ville de Ouahigouya qui ont été aménagés entre 1994 et 1996. Adoptant une démarche socio-anthropologique, l’étude vise à comprendre comment s’articulent la conception du projet et l’utilisation de ces équipements marchands par les acteurs locaux exerçant une influence sur leur fonctionnement. Après une description des modes de gestion de l’ancien marché, ce travail se penche sur les caractéristiques institutionnelles, architecturales et le modèle de gestion du projet de développement du PDVM. Ensuite, l’analyse porte successivement sur les modes d’appropriation des infrastructures par la Mairie, la structure de gestion administrative (EPCD), l’Association des commerçants et les commerçants occupant les différentes types de places de vente. Si cette recherche met en évidence la façon dont cette intervention de développement modifie le paysage institutionnel local, elle explore avant tout les enjeux du système de gestion communale au regard des modes d’appropriation par les commerçants. Cette étude montre que, contrairement au modèle de gestion prévu par le projet, l’administration des infrastructures ne peut contrôler l’occupation effective des places de vente, car les commerçants régulent l’accès aux places de vente par différents types de « transactions ». Produisant des formes de conflits et de consensus, cette gestion partagée entre acteurs publics et privés ne compromet cependant pas le système de taxation des commerçants et la rentabilité de ces équipements marchands.