Faculté des lettres et sciences humaines

"Alles geht in Arsch, Jesus bleibt" : les Jesus Freaks : ethnographie d'un mouvement de jeunes chrétiens alternatifs à Berlin

Brede, Melina ; Ghasarian, Christian (Dir.)

Mémoire de diplôme universitaire : Université de Neuchâtel, 2008.

Ce travail s’intéresse au mouvement des Jesus Freaks ; plus particulièrement au groupe des Jesus Freaks de Berlin ; lequel est composé d’une soixantaine de personnes entre 18 et 30 ans. Ces jeunes ; issus de diverses sous-cultures ; affichent une apparence plutôt anti-bourgeoise – entre allures punk et 'baba-cool' – déclarent leur amour pour Jésus et défendent des valeurs... Plus

Ajouter à la liste personnelle
    Résumé
    Ce travail s’intéresse au mouvement des Jesus Freaks ; plus particulièrement au groupe des Jesus Freaks de Berlin ; lequel est composé d’une soixantaine de personnes entre 18 et 30 ans. Ces jeunes ; issus de diverses sous-cultures ; affichent une apparence plutôt anti-bourgeoise – entre allures punk et 'baba-cool' – déclarent leur amour pour Jésus et défendent des valeurs conservatrices. Ils se réunissent afin de célébrer Jésus ensemble ; dans des bars ; des parcs publics ou chez des particuliers et ; habités par un désir de solidarité avec les marginaux de la société ; ils valorisent l’engagement social et organisent des actions d’évangélisation. En tant que mouvement chrétien alternatif ; les Jesus Freaks se distinguent des Églises officielles par des caractéristiques contre et sous-culturelles ; telles que l’absence de structure hiérarchique ; la musique et le langage employés ; les lieux et la forme de leur culte ainsi que par Jésus ; qui prend la figure d’un modèle révolutionnaire ; d’une idole ou encore d’une rockstar. Si les Jesus Freaks se désirent provocants ; réformateurs et créatifs dans leur manière d’exprimer et de vivre leur foi ; ils défendent simultanément des valeurs traditionnelles et conservatrices. Ce présent travail se veut une ethnographie du mouvement et cherche principalement à comprendre qui sont les Jesus Freaks par la description et l’analyse de leurs représentations ; discours et pratiques. Ces-derniers oscillent entre deux tendances : réformatrice d’une part ; conservatrice d’autre part ; conférant au mouvement un caractère ambivalent et a priori contradictoire. Nous chercherons à voir de quoi cette ambivalence – qui servira de fil conducteur à ce travail – est significative. Finalement ; nous questionnerons l’appartenance du mouvement à une forme de nouvelle religiosité – caractéristique de la fin du XXe siècle – et chercherons à voir en quoi et comment ce mouvement répond à une demande sociale exprimée par des jeunes en quête de sens.